Le Syndicat d'Aménagement du Bassin Versant du Ciron

Notre territoire

 

Tout d'abord dénommé Syndicat Intercommunal du Bassin du Ciron, le Syndicat du Ciron regroupait à sa naissance, en 1968, 21 communes de Gironde : Barsac, Bernos-Beaulac, Bommes, Budos, Cudos, Escaudes, Giscos, Goualade, Lartigue, Léogeats, Lerm-et-Musset, Lucmau, Noaillan, Pompéjac, Préchac, Preignac, Pujols-sur-Ciron, Saint-Michel-de-Castelnau, Sauternes, Uzeste, Villandraut.

 

Devenu Syndicat Mixte d’Aménagement du Bassin Versant du Ciron (SMABVC), il regroupe aujourd'hui, les Communautés de Communes du Canton de Podensac, du Sud Gironde, du Bazadais, des Landes d’Armagnac, et les communes du Lot et Garonne (Allons, Houeillès, Pindères, Sauméjan, Bousse). 

Le territoire du Syndicat du Ciron en 1968  

(21 communes)

BVs_com_CDC_villes_dep_2019_bis.png

Le territoire du Syndicat du Ciron en 2019 

(63 communes)

Nos compétences

 

Syndicat hydraulique à sa création, le Syndicat, aujourd'hui, a pour missions :

 

● La mise en place d’un Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) sur le bassin versant du Ciron qui comprendra :

- L’animation des acteurs et de la Commission Locale de l’Eau,

- La réalisation d’études nécessaires aux différents diagnostics et actions,

- L’élaboration d’un programme d’actions.

L’animation, le suivi et la mise en œuvre des actions d’intérêt général définies par le SAGE, notamment dans le cadre de procédures contractuels (Contrat de bassin, Contrat de rivière,…).

 

L’entretien et la gestion des cours d’eau du bassin versant du Ciron (entretien de la ripisylve et du lit des cours d’eau, aménagements piscicoles, sécurisation des descentes en canoë, gestion de la signalétique et des équipements de sécurité,…).

La préservation du patrimoine écologique (espèces et espaces naturels) associé aux rivières et aux zones humides du bassin versant du Ciron lien avec la page natura (animation du Document d’Objectif Natura 2000 « la vallée du Ciron », études/expertises/équipements/communication associés,…).

Notre philosophie

Depuis son passage en Syndicat de Bassin Versant, notre structure a orienté son action sur la connaissance du milieu. Pour agir sur ce dernier, donner des avis sur des projets, orienter les actions, il faut connaitre et comprendre comment fonctionnent nos écosystèmes et leur état de santé. 

Ce n’est pas chose facile et cela nécessite une démarche à long terme sans cesse remise en cause par des faits nouveaux, des connaissances nouvelles. Cette connaissance, que nous accumulons au fil du temps, doit ensuite être partagée avec les usagers du territoire pour que leurs actions et leur mode de vie prennent en compte la fragilité et la richesse du bassin du Ciron. Plus que des mesures coercitives dont nous ne nous interdisons pas l’image, c’est cette culture partagée qui sera le garant d’une protection durable de notre territoire et favorisera l’épanouissement de la vie locale.

Notre Histoire

Le Syndicat est de création très ancienne (1968). Il rassemblait au départ uniquement les communes riveraines du Ciron. Son objet, dessiné par l’Administration, était très vaste, allant jusqu’à la valorisation touristique et économique. 

 

Sa mise en place a été difficile. Elle a débuté par des études puis des travaux hydrauliques de restauration des barrages et un « nettoyage » de la rivière (1985) pour la rendre navigable comme au temps du « flottage des bois ». Les élus de l’époque voulaient retrouver leur rivière d’antan. Ces travaux ont été coûteux et controversés par la population et certains élus, amenant à des crises sévères au sein du Syndicat (se traduisant par le retrait de certaines communes du Syndicat). 

 

Mais, depuis 2001, les mentalités ont évolué. La dette a été remboursée, le Syndicat s’est élargi progressivement au bassin versant s’orientant vers des compétences environnementales plus globales. L’appui des partenaires financiers (Agence de l’Eau, Etat, Europe, Région, Départements) a été essentiel dans cette évolution. 

 

Les lois et réglementations sur l’Eau ont également évolué amenant parfois à des revirements radicaux de politiques pas toujours compris. Les barrages antérieurement restaurés pour « garder » l’eau sont amenés maintenant à être « effacés » pour des objectifs de continuité écologique. 

 

Un nettoyage de la rivière à la pelle mécanique n’est plus de mise. Heureusement, aux caprices des hommes, la nature s’adapte et notre milieu conserve une grande richesse.

Sébastien Khai

Conception | Réalisation

Tous droits réservés.

2014